TSR - A BON ENTENDEUR - 1998


Il y a des sujets sur lesquels on aimerait bien pouvoir tourner définitivement la page. La catastrophe de Tchernobyl par exemple. Malheureusement, en ce qui concerne les radiations nucléaires, les erreurs se payent sur des dizaines d'années et on en connaît mal les conséquences à long terme, notamment sur la santé. ABE s'est donc intéressé à un aliment qui, en matière de pollution, a une sacrée bonne mémoire: le champignon.
Il y a douze ans, le 26 avril 1986, le réacteur de la centrale de Tchernobyl explose et projette dans la haute atmosphère des tonnes de particules radioactives. Aussitôt, un nuage se forme et, durant les jours qui suivent, il se disperse à travers toute l'Europe au gré des vents qu'il rencontre. Sur son passage, il libère en particulier du césium 134 et 137. Ces deux composants n’apparaissent qu’au cours d’une réaction nucléaire. La présence de césium 137 dans un organisme vivant n'est donc jamais naturelle : elle dénote nécessairement une contamination liée à un accident nucléaire. Aujourd'hui, on en retrouve en quantité plus ou moins grande dans tout l'hémisphère nord.
L’automne suivant, on s'est rendu compte que les champignons présentaient des taux d'activité radioactive particulièrement élevés. Pire : alors que dans la plupart des aliments, les traces de Tchernobyl s'estompaient peu-à-peu, les analyses indiquaient que ces organismes avaient tendance à accumuler le césium.


Les champignons sont des organismes encore assez mal connus. La partie visible ressemble à un fruit, mais le champignon lui-même est un réseau souterrain de filaments à peine plus épais qu'un cheveu: le mycélium. Ce mycélium puise sa nourriture dans la litière en décomposition du sol. Si, au départ, les feuilles des arbres sont contaminées, à la fin du cycle, le césium 137 est absorbé par le mycélium. Et comme un mycélium peut vivre plusieurs années, le taux de contamination à tendance à augmenter progressivement.
Après avoir découvert la contamination des aliments par la catastrophe de Tchernobyl, il a bien fallu décider quelle quantité de césium radioactif on pouvait tolérer dans les produits que l'on mange. Pour les champignons, la norme dans tous les pays d'Europe de l’ouest a été fixée, un peu à la hâte, à 600 becquerels par kilo (Bq/kg). Cette mesure donne le niveau de radiation émise par le césium qui a contaminé le produit.

Aujourd'hui, 12 ans après l'accident, les champignons sauvages qu'on achète au marché devraient être nettement en dessous de cette norme. Mais cet automne, les autorités autrichiennes ont averti leurs homologues européens que des chanterelles fortement radioactives étaient importées des pays de l'Est. Les Français ont effectué des contrôles et ils ont trouvé des lots dont la contamination dépassait de 5 fois la norme. ABE a voulu vérifier ce qu'il en était sur les marchés suisses.


Notre cueillette du marché a été confiée au Laboratoire cantonal de Genève. La mesure s’est effectuée sur un volume d'un litre de champignons entiers et frais. Le laboratoire dispose d’un appareil qui permet de détecter les différents éléments radioactifs contenus dans les aliments, appareil également utilisé par la défense nationale. A l'intérieur du " château ", c’est-à-dire d’un cylindre constitué d'une tonne de plomb (pour éviter que les radiations présentes dans notre environnement ne faussent les mesures), un capteur explore un à un les niveaux d'énergie correspondant à chaque composant radioactif que l'on peut trouver dans la nature. A l’aide de ce dispositif, le laboratoire a cherché la présence de césium 137 et 134 sur un total de 30 échantillons achetés un peu partout en Suisse romande.

VALAIS


Sion, Placette, chanterelles Pologne : 3 Bq/kg
Sion, Placette, bolets Pologne : 5 Bq/kg
Sion, Migros Métropole, chanterelles Pologne : 46 Bq/kg
Martigny, Marché Av. Gare, chanterelles d’automne Suisse : 15 Bq/kg
Monthey, Placette, chanterelles Pologne : 39 Bq/kg

NEUCHATEL


Neuchâtel, Marché place des Halles, chanterelles d’automne France : 6 Bq/kg
Neuchâtel, épicerie place des Halles, cornes d’abondance Italie : 3 Bq/kg
Neuchâtel, épicerie rue Trésor, bolets Pologne : 35 Bq/kg
Neuchâtel,épicerie rue Trésor, chanterelles Autriche : 65 Bq/kg
Neuchâtel, Migros Hôpital, chanterelles Bulgarie : 91 Bq/kg

VAUD

Yverdon, marché place d’Armes, chanterelles Autriche : 29 Bk/Kg
Vevey, marché Grande Place, chanterelles Canada : 5 Bq/kg
Vevey, marché Grande Place, bolets France : 5 Bq/kg
Lausanne, marché Riponne, bolets Suisse : 9 Bq/kg
Lausanne, marché Riponne, pieds de mouton France : 16 Bq/kg
Lausanne, marché Riponne, lépiotes France : 2Bq/kg
Signy, Coop, chanterelles Espagne : 3 Bq/kg
Etoy, Magro, chanterelles Lituanie : 41 Bq/kg
Romanel, Migros, pieds de mouton Suisse : 31 Bq/kg

GENEVE


Genève, marché Pâquis, chanterelles Pologne : 69 Bq/kg
Genève, marché Plainpalais, chanterelles Pologne : 50 Bq/kg
Genève, marché bd. Helvétique, bolets Portugal : 2Bq/kg
Onex, Coop, chanterelles Italie : 73 Bq/kg
Genève, Coop Servette, chanterelles Bulgarie : 74 Bq/kg
Genève, Migros Balexert, chanterelles Pologne : 60 Bq/kg


FRIBOURG

Bulle, Waro, chanterelles Lituanie : 114 Bq/kg
Fribourg,Placette, chanterelles Canada : 8 Bq/kg
Avry, Migros, chanterelles Bulgarie : 90 Bq/kg
Fribourg, marché pl. Python, pieds bleus Suisse : 2 Bq/kg
Fribourg, marché pl. Python, tricholomes équestres Portugal : 491 Bq/kg


"Les résultats que nous avons obtenus sont conformes à ce que nous attendions", commente Claude Corvi, chimiste cantonal genevois, "à savoir que les champignons originaires des pays de l'Est sont plus contaminés que les champignons qui viennent de Suisse, de France, d'Espagne ou du Canada. Cela dit, tous les résultats sont conformes à la législation, dans la mesure où aucun des chiffres ou aucune des concentrations mesurées n'atteint la norme prévue pour les denrées alimentaires, et plus particulièrement pour les champignons". Alors, puisqu’on est dans la norme, y a-t-il une réelle différence ? "En fait, si j'avais à choisir", continue Claude Corvi, "je choisirais les champignons d'origine européenne, suisse, française ou espagnole, dans la mesure où ils ont une radioactivité bien moindre que les champignons d'Europe de l'est, cela va de soit.
Mais alors que penser des tricholomes équestres en provenance du Portugal, qui affichent une valeur de 491 bq/kg, la plus grande valeur de notre test? Toujours d’après Claude Corvi, l’hypothèse la plus vraisemblable est que ces champignons ne proviennent pas du Portugal, mais d’un pays de l’Est. Cela signifierait-il que le consommateur ne peut plus se fier aux indications du vendeur? "En principe, le vendeur est quelqu'un d'honnête, qui donne les origines correctement. Mais par le biais de l'organisation du commerce telle qu'elle est conçue aujourd'hui, nous avons de multiples importateurs, grossistes, revendeurs... Et il se peut que l'information soit perdue en cours de route".

Ca, c'est vraiment embêtant! Parce que les champignons des pays de l'Est, on en vend beaucoup. Cette année, les statistiques des douanes montrent que plus de 20% des champignons frais importés en Suisse viennent d'Europe de l’est, soit près de 1 sur 4. Donc, si à partir de demain, les champignons des pays de l'Est disparaissent mystérieusement des marchés, méfiez-vous. Cela dit, la loi oblige les vendeurs à afficher une provenance. Les chimistes cantonaux font des contrôles et les fraudes sont punies. Et même si les champignons les plus contaminés du test restent dans la norme légale, ABE a quand même voulu savoir quels risques on court si on les mange.


Lorsqu’on ingère des champignons contenant du césium 137, ce césium va passer de l’intestin dans le sang, en suivant les mêmes circuits que le potassium, qui est lui-même un élément que l'on retrouve à l'intérieur des cellules. Le césium se répartit dans l'ensemble du corps avant de commencer à être éliminé par voie urinaire et par les selles. 50% de l'élimination se fait en l'espace de deux à trois mois. "Contrairement à d’autres composés radioactifs, l’organisme ne stocke pas le césium", affirme le Dr. Marcel-André Boillat, professeur à l’Institut de Santé du Travail, "Mais il y a quand même un principe qu'on cherche toujours à appliquer en médecine lorsqu'il s'agit de radiations: faire tout ce qu'on peut pour diminuer l'exposition des gens. Parce que quand on essaye d'évaluer les risques, on additionne en somme les différentes sources de radioactivité. Même pour les médecins qui utilisent des examens radiologiques, on sait que d’énormes progrès ont été faits pour limiter le plus possible l'irradiation des gens. Ce principe, il est bien de l'appliquer aussi pour les champignons. Alors si j'ai le choix, je prendrai, bien sûr, les moins radioactifs".

On l’a vu, les champignons testés sont tous en dessous de la norme de 600 Bq/kg. Mais en même temps, les médecins disent qu'il vaut mieux prendre les moins contaminés. On est alors en droit de se demander à quoi sert cette norme. En fait, il s’agit d’une norme technique, et non médicale: ça n'est que la mesure des radiations nucléaires émises par le cesium. Mais la dose à laquelle on s’expose dépend de la quantité d’aliments mangés et de la fréquence à laquelle on les mange. Cette norme est une exception pour les champignons et la chasse, car ce sont des produits saisonniers et qu'en principe, on en consomme peu. Mais pour le lait par exemple, ou d'autres aliments courants, cette norme est de 10 Bq/kg maximum. Si cette même valeur s’appliquait aux 30 champignons de notre test, 18 seraient éliminés.
La fixation de la norme à 600 Bq/kg est un compromis entre la volonté de ne pas interdire le commerce des champignons et un risque acceptable pour la santé publique: on a une idée de la dose critique, en particulier en ce qui concerne l'augmentation des cancers, suite notamment aux études qui ont suivi les bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki. Il y a une marge, mais il y a un risque, et on a décidé d'admettre ce risque.

Logiquement, avec le temps, on devrait rendre la norme plus sévère. Or, c’est la tendance inverse qui se dégage: on redoute en effet que les sous-marins atomiques de l'ex-flotte soviétique, qui sont en train de rouiller dans les ports, ne coulent et lâchent dans l'environnement de nouvelles radiations. Car dans la nature, sans contamination, les champignons ne contiennent pas de césium. La norme idéale devrait donc être de zéro. Mais depuis les années 50-60, quand les puissances nucléaires ont effectué leurs premiers essais atomiques dans l'atmosphère, il n'existe aucun coin de la planète qui ne soit pas contaminé, ni aucun aliment qui ne soit exempt de radiations nucléaires. Cela étant, il faut savoir que les champignons ne sont pas tous sensibles au césium de la même manière: il existe des groupes à risques.


Dans les jours qui ont suivi la catastrophe de Tchernobyl, tous les pays européens ont informé leur population à propos de la contamination. Tous sauf un seul: la France. Comme si le nuage radioactif s'était arrêté à la frontière. Pour briser le mutisme officiel, des scientifiques ont alors effectué pour leur propre compte des mesures de radioactivité. Ces initiatives ont donné naissance à la CRII-RAD, la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité, basée à Valence (Drôme). En 12 ans d'études, la CRII-Rad a constaté que certaines espèces de champignons avaient tendance à stocker plus de césium que d'autres.
L’année dernière, la CRII-RAD a publié une plaquette dans laquelle les champignons sont classés par catégorie de risque. En général, les espèces faiblement contaminées sont celles qui poussent dans les prés, les clairières et les pâturages. Ce sont par exemple le coprin chevelu, le rosé des prés et d'une façon générale toute la famille des agarics. Enfin, bonne nouvelle: la morille appartient aussi à ce groupe.

Parmi les espèces modérément contaminées, on trouve d'abord le cèpe de Bordeaux. On peut y ajouter la plupart des représentants de la famille des bolets. Dans ce groupe, on rencontre également la trompette des morts (ou corne d'abondance), le lactaire délicieux et, peut-être la plus célèbre, la chanterelle commune.

Enfin, certaines espèces paraissent stocker plus facilement le césium. Cela tient probablement à des facteurs comme la profondeur du mycélium dans le sol ou le type d'arbre sous lequel pousse le champignon. Parmi les plus courants, on y trouve le pied de mouton et la chanterelle d'automne, mais aussi le bolet à chair jaune, de même que le laqué améthyste (ou violet).

Si vos champignons préférés figurent dans ce dernier groupe, pas de panique: notre test indique qu'à la frontière suisse, les contrôles semblent plutôt efficaces.

Reste le cas des champignons que l'on cueille soit même. Pour Jean-Louis Demarets, de la CRII-RAD, "si les contrôles sont bien faits, celui qui va acheter des champignons sur le marché ne va pas courir un risque très important: ce sera, disons, dans les normes. Mais "dans les normes" ne veut pas dire inoffensif. Par contre, celui qui va ramasser lui-même ses champignons doit être informé, d'autant plus qu'il passe à travers ce système de contrôle. Là, il faut éviter les espèces les plus contaminées".

Les champignonneurs qui voudraient connaître le taux de contamination de leur coin de forêt se référeront à la carte des retombées de césium 137 après Tchernobyl. Nous publions également la classification détaillée des champignons selon leur taux de contamination, établie par la CRII-RAD.

Bonne cueillette et bon appétit!

Copyright :Télévision Suisse Romande 1998